La Forestière 2002

Participants : Jean-Louis, ROdge et 2 de ses amis, Fred et AquaFab
Voir l'album photos


Note : dans cette page, les liens vers les photos s'ouvrent dans une même nouvelle fenêtre.

Samedi matin, 08h00.

Jean-Louis est tip-top à l'heure en bas de chez moi. Hop, on charge mon spad, quelques bagages et direction la porte d'Orléans pour récupérer Fred.

Nous arrivons à la porte d'Orléans. Fred est déjà là. On charge son spad et ses bagages, il gare sa voiture, puis wazaaaaaaaaaaa ! Direction Dijon chez mes parents pour l'escale miam du midi (c'est sur la route entre Paris et Oyonnax).

Nous arrivons sans problème chez mes parents.

JL et Fred m'aident à réparer l'ordinateur de mon père, tombé en panne la veille. Puis à table ! J'avais demandé à ma môman de faire des pâtes. :-) Donc tournée générale de pâtes à la sauce tomate (du jardin). Puis dessert. Arrive un gâteau avec 29 bougies d'allumées ! Je souffle tout ça. Miam scroutch blurp ! JL et Fred se partagent la dernière part. Il est environ 14h00.

Là, coup de fil de ROdge. Il est dans sa voiture, sur l'A5. Il est parti seul de Troyes, car ses 2 collègues d'Hut' ne se sont pas sorti les doigts du c.l ce matin. Il va passer à Dijon chez mes parents. Il arrive 1/2 heure plus tard. Hop ! On transvase son spad et ses bagages dans l'Espace de JL.
Puis départ pour Oyonnax.

Le trajet Dijon-Oyonnax se fait sans problème. On passe le col de Nantua sur l'A404 à plus de 130 km/h. Mmmm, roule bien l'Espace ! :-)

Arrivée à Oyonnax. On se dirige sur Valexpo. A l'extérieur, des jeunes trialistes s'amusent avec une fontaine. Sympa. Ils assurent bien (photo n°1 photo n°2). Puis petit tour rapide dans le "salon" (photo). Y'a pas grand grand-chose à voir. Y'a le camion d'assistance Mavic ouske je bave devant les Crossmax XL. Plein de spads Lapierre (ils ne sont pas loin : Dijon). Y'a un haut de gamme avec les nouveaux disques et leviers XTR. Les étriers sont superbes. Les leviers trèèèèès moches !


Y'a quelques GT, et aussi des trucs distribués par Géant (sponsor). Y'a un stand Vélo Vert, un stand Briko (très moches, les fringues). Au milieu, une aire de trial. Y'a pas grand monde. Un très jeune trialiste s'entraîne. Il laisse présager de futurs beaux exploits.

ROdge retrouve le Versaillais qui rachète l'inscription de Philippe. Hop ! Echange d'une lettre contre un chèque. Le type n'est pas grand ; il roule en tout rigide ! :-O

On retire nos plaques de cadre. On a un T-shirt, et un kit pour désinfecter les petits bobos, offert par un sponsor.


Puis direction l'Auberge. Elle est à ~4 km de Valexpo. On hésite un peu. JL nous fait une manip grouik avec l'Espace. Finalement, on arrive à l'Auberge. Elle est située dans un endroit assez calme.

On récupère les clés des chambres. Fred et moi avons chacun une chambre individuelle. ROdge et JL ont un petit nid d'amour (photo). Les 2 amis de ROdge ont aussi une chambre double. Mais ils ne sont encore pas arrivés...

On monte les bagages, on sort les spads. Y'a 2 gars du Doubs juste à côté de nous. L'un a monté un Mosquito à l'avant. On le charrie un peu... ;-)
ROdge et moi pensions rouler en Python/Python, mais le type nous le déconseille fortement. Les chemins sont encore bien humides, dit-il.

Finalement, ce sera Allig/Allig pour ROdge & Fred, et Schwalbe Big Jim / Allig tubeless (vi vi) pour moi. ROdge a récupéré chez Hut' 2 prototypes d'Allig 1.85 tubeless. Il les a emmenés pour JL ou moi.
Donc je vire mon Scorpion arrière, pour monter l'Allig. Il est difficile à mettre en pression. Fô dire que le pneu est resté plus d'un an sans être monté. Pendant que ROdge pompe comme un forcené, j'essaie d'aider le pneu "à prendre". Je monte manuellement les tringles du pneu à leur place sur la jante tubeless ; j'appuie sur les fuites d'air. Finalement ça marche. Le pneu se met en place avec les claquements caractéristiques du tubeless. Je pense que les prochains montages seront plus faciles.

Une fois les spads prêts, on les rentre dans la voiture pour la nuit. Goto le miam du soir (photo n°1 photo n°2) .
Les 2 amis de ROdge sont arrivés à Valexpo. Ils font la queue au stand S-RAM pour faire réparer/réviser leur spads.

J'avais prévu une ch'tite bouteille de Champ', confiée à la tenancière des lieux pour être mise au frais. La boutanche nous est amenée. On trinque. :-) On en fait profiter aussi les 2 gars du Doubs, assis juste à côté de nous.

Arrivent ensuite 2 amis du Jura : Adrien (pseudo "moi" sur le forum Vélo Vert) et son cousin. J'avais fait il y a 2 ans la Transjuranne avec eux. Ils trinquent avec nous, puis repartent.


Nous commençons à dîner. Arrivent les 2 amis de ROdge... En entrée : de la quiche. Puis dinde + pommes de terres sautées + un autre légume (j'ai oublié quoi). C'est 'achement bon. Puis dessert. On a droit à un gateau (ROdge avait prévenu l'Auberge).

Il est environ 22h00. On se met d'accord : réveil à 05h45, p'tit déj à 06h00 pour être à Valexpo à 06h30 ~ 07h00. Les 2 amis de ROdge ne sont pas motivés !

Puis au dodo ! JL et ROdge seront réveillés à 05h05. JL a foiré la programmation de sa montre ! ;-) Il est 06h00, je retrouve Fred dans le couloir. Nous sommes habillés des maillots frappés (Fred, AquaFab, ROdge en Dainese, Jean-Louis). :-)
On tambourine à la porte des amis de ROdge (photo).

ROdge & JL ont passé une folle nuit d'amour. Le matelas étant assez mou, une force irrésistible les rapprochait. ROdge a ronflé comme une loco, JL faisait tremblement de terre à chaque fois qu'il se retournait...
Rhaaa, la vie de couple, ce n'est pas facile ! ;-)

On petit-déjeune (photo). Puis on sort les spads de la voiture. Ca caille grave. On va à Valexpo prendre le bus pour Lamoura, notre point de départ. Les premiers tours de roues sont durs. Je suis frigorifié, malgré les 3 couches que j'ai sur le dos. Nous arrivons au point de départ des bus. Nous chargeons les spads dans l'un des camions, juste en dernier. J'insiste un peu pour qu'un type accepte de ne pas mettre son spad dans CE camion (il ne restait qu'une place), pour que ROdge puisse mettre le sien. Le type fait la gueule, puis fini par accepter en grognant.

Bus & camions se dirigent sur Lamoura (photo n°1, photo n°2).
On récupère nos spads très vite, car ils ont été chargés en dernier. On va vers le point d'accueuil. Y'a café et croissants. On retrouve plus tard les 2 amis de ROdge. L'un essaie de changer ses pédales (photo). Il n'y arrive pas. Normal, il essaie de tourner la clé dans le mauvais sens. JL l'aide. Puis c'est le tour de la pédale droite. Elle est serrée à mort. La clé de 15 du type est une merde. Elle s'ouvre quand on force. Le type a une pédale plate à gauche, une pédale auto à droite...

Pendant qu'on part s'installer sur la ligne de départ, lui va vers le camion Mavic pour demander de l'aide. Fred, ROdge et moi sommes dans la 1ère vague de départ. JL dans la 4e :-(. On convient que JL carburera un peu pour nous rattraper.

C'est le départ de la 1ère vague. On "gère". ;-) 1ère côte, plein de boulets mettent pied à terre. Fred reste un peu sur le spad, mais c'est dur au milieu des piétons. Finalement, nous arrivons à doubler pas mal. Plus loin, nous rattrapons les derniers compétiteurs, après même pas 1 heure de chemin.

Au 1er ravitaillement, nous sommes dans les 20 premiers de notre catégorie. :-))) Le 2e ravitaillement est à Septmoncel. Lieu synonyme de sueur ! Immédiatement après, on attaque dans le vif du sujet. Ca commence par une côte en gravillons blancs, que je fais en partie à pied. Puis je remonte sur le spad. 2 lacets sur le bitume, et on attaque LA montée qui tue. Fred est devant, sur le spad. Je fais pareil, et je répète aux piétons : "pardon ! pardon ! s'cuzez ! 'tention !". Ils se poussent pour laisser passer ceux qui tentent de monter sur le spad.
Arrive une épingle à gauche qui est très dure. Je suis explosé (191 bpm). Je pose pied à terre. Je pousse le spad un moment, puis je remonte dessus. J'arrive tout en haut. Fred y est déjà. Y'a des spectateurs enthousiastes. Quand ROdge arrive, je demande à l'un d'eux de crier "allez boulet-ROdge !", ce qu'il fait. ROdge fait semblant de ne pas entendre ! ;-)

On souffle un peu. On repart. J'ai un point de côté, et j'ai mal au bide. Ca ne va pas très fort. On finit par arriver à un chemin (nouveau pour cette année) qui est d'abord un faux plat montant qui casse bien, pour devenir ensuite une vrai montée qui monte ! On atteint les 1326 m d'altitude, notre point culminant.
On attend ROdge, qui arrive un peu après. On souffle. ;-) On entame la descente. C'est un chemin en cailloux blancs. Dans une épingle, Fred glisse et tombe sur le côté. Il se fait une belle pizza à la viande crue sur le haut de la cuisse, plus une bonne érafure au bras (photo, gros plan). Il reprend ses esprits, puis repart. On croise un camion de la Croix-Rouge.
On s'arrête. Fred est confié aux mains expertes d'une sympathique secouriste. Elle ferme les portes du camion, mais j'arrive à voler des photos (photo n°1, photo n°2) ! ;-)

Gros coup de bol : ROdge aperçoit JL qui passe. Nous sommes enfin au complet. Il a été très bouchonné par des boulets, et il a avionné comme un malade dans les parties roulantes pour nous rattraper. Il s'est mis dans le rouge. Il n'a plus trop la pêche, et a des débuts de crampe ! :-(

Fred ressort tout réparé du camion de la Croix-Rouge. Cette halte a fait passer mon point de côté et mon mal au bide. J'ai à nouveau la patate ! :-) On repart tous les 4. On arrive à un ravitaillement. Fred va faire re-régler son dérailleur AR, qui a un peu mangé dans la chute.

On attaque les choses importantes : les descentes ! Y'a beaucoup de personnes à pied. Le plus dur n'est pas de descendre sur le spad, mais de slalomer entre les chicanes mobiles sans prendre trop de risques.
Grâce à l'Allig tubeless et au Schwalbe qui ont une accroche de folie, je me fais bien plaisir dans ces descentes. Je trajecte alternativement à droite et à gauche entre les piétons ou ceux qui descendent au ralenti. J'essaie de rester prudent quand même. J'ai un super-bon feeling sur le spad. D'ailleurs je ne me ferai aucune frayeur là (contre 2 bien avant, quand j'ai été trop optimiste sur le grip du pneu AV ;-) ).
Quand il y a des petites marches au milieu du chemin, plutôt que de les passer au ralenti, je m'amuse à les sauter quand c'est possible.

Comme par hasard, en bas de chaque descente "chaude", l'organisation a prévu des "points Croix-Rouge". Ca fait peur et ça rassure à la fois.

On arrive à "Viry" (?), où il y a une descente assez technique dans des rochers (glissants en plus). Y'a option droite et option gauche. A droite, y'a un boulet d'arrêté qui bloque tout. En plus, de mémoire, à droite c'est TREEES chaud ! Je veux bien me faire plaisir, mais je veux rester entier. Je passe à gauche, juste derrière Fred.
Je trajecte comme je peux dans les rochers. J'ai le cul presque sur la roue arrière. Je passe tout sans me faire peur. Fred est trop optimiste. Après un atterrissage sur la roue AV où la roue AR s'est levée de 25 cm, la 2e est la bonne. :-( Il fait un OTB sous mes yeux & ceux des spectateurs, nombreux à cet endroit (comme par hasard). Je m'arrête. Il va bien. Je repars. Je poursuis la descente technique. Y'a même des spectateurs qui m'applaudissent ! :-D
ROdge est devant. Il est tout content de sa descente ; moi aussi. Fred nous rejoint, puis JL. Y'a un ravitaillement juste après. On décide de ne pas s'arrêter. 2 bénévoles nous tendent des quartiers d'orange et du pain d'épice juste après le ravitaillo. Je prends ça au passage, en les remerciant. Là, c'est presque la fin de la rando, et des parties funs. Dans un chemin large où je roule plutôt bien, je me fais doubler par un missile : c'est 2 types sur un tandem ! La vache ! Ils avionnent comme des malades. Je suis impressionné !

Je passe une cuvette où je retrouve le tandem qui semble avoir un problème de chaîne, et c'est la fin des chemins. Nous sommes à Arbent, juste à côté d'Oyonnax. Fred est déjà là. Arrivent ensuite ROdge et JL.

Il ne reste plus que du macadam pour rejoindre Valexpo. Comme d'hab, on "gère", et on termine à fond ! ;-))) Y'a un type qui nous double avec son semi-rigide. ROdge se met immédiatement dans sa roue. Fred JL et moi aussi. On roule bien : 30 ~ 35 km/h, après 80 bornes dans les pattes, et 1750 m de dénivelé...

Dans une petite côte, je décide de me cramer jusqu'au bout, et je relance presque complètement à bloc. Ce n'est pas grave, c'est la fin de la rando. Personne dans ma roue. Je continue quand même à bloc pour le fun.
Je monte le trottoir de Valexpo à fond, en sautant tout en ayant pris de l'angle. Je continue à fond, et je passe la ligne d'arrivée. Je suis à 191 bpm ! :-) Grouik !

Fred, ROdge et JL arrivent à leur tour. On se dirige vers le lavage des vélos. Y'a une machine totomatique. Elle a l'avantage d'être rapide, mais elle n'enlève que le plus gros. On fini au jet d'eau. Ca a failli dégénérer (photo n°1, photo n°2, photo n°3 ! ;-)

On laisse les spads dans le parc à vélo (surveillé). On récupère le ticket pour le repas du soir, que l'on va prendre juste après.
Aucune nouvelle des 2 amis de ROdge.

Je retrouve Adrien (inscrit en compet). Il a fini dans les 220 premiers (sur 800 inscrits). On mange assez vite, car on doit être à l'Auberge pour 18h00 (ROdge gobe un Flanby).
Coup de fil à Philippe.
Spads récupérés, on roule vers l'hôtel. JL a bien récupéré. Il avionne sur le parcours, et je n'arrive pas à le suivre. On charge les spads dans la voiture, on se douche dans nos chambres (cool, une douche chaude !).
Au moment de payer, pas de CB ! JL paye en chèque, car il est le seul a l'avoir pris. Mais je crois qu'on avait à nous tous assez de cash de toute façon.

Toujours pas de nouvelle des 2 amis de ROdge...

On quitte Oyonnax pour retourner à Dijon, ouske ROdge a laissé sa voiture. Nous arrivons un peu avant 21h00. Bonsoir-au-revoir à mes parents. ROdge repart pour Troyes, JL, Fred et moi pour Paris. Le retour se fait sans problème ni bouchon. On pose Fred devant sa voiture porte d'Orléans. Puis JL me dépose chez moi.

Couché vers les 00h30...

Voici ce qu'a enregistré mon Polar :

Distance : 82 km  
voir le profil
 
voir la trace GPS
Vitesse moyenne : 14,3 km/h
Vitesse maxi : 53,1 km/h
Altitude mini : 529 m
Altitude maxi : 1326 m
Dénivelé positif : 1750 m
Dénivelé négatif : 2344 m
Température : mini 9°C, maxi 23°C, moyenne 16°C
Fréquence cardiaque : mini 98 bpm, maxi 191 bpm, moyenne 155 bpm



Ce fut une très bonne journée. La météo a été très clémente. Les chemins étaient parfois gras, mais c'était largement supportable.

AquaFab, le 18 septembre 2002

© 1997 © 2002 Les Frappadingues