La Transmontmorencéenne 2004

Ou comment une bande d'énergumènes
se comporte en randonnée organisée



La transmontmorencéenne a une côte de sympathie chez les Frappés assez prononcée et c'est bien normal: c'est une rando qui se fait sur un de nos terrains de jeux les plus utilisés, avec l'avantage de se faire guider tranquillement par un balisage sans avoir rien d'autre à se soucier que de son pédalage et accessoirement des problèmes de sa monture.

Cette année, Mary, Pierrot, Fifi, Poussin, Loïc, René, Dennis et moi-même étions chargés de représenter les frappés, et de s'amuser sur les différentes distances (40 et 75, personne n'osant s'aligner sur le 25 :o)

Comme tous bons frappés qui se respectent, en version rando. ou course, ça part dans tous les sens à n'importe quelle heure, ça se croise, se re-croise, s'attend, s'arsouille,...

Voici les compte-rendus croisés et remaniés de chacun.

C'est un petit aperçu de ce qu'il se raconte sur la liste, quand on ne parle pas de moto, informatique, fromage, nutella, diesel...



Le Départ



Loïc:

Bon arrivé 0700 (carrément en avance), devant le gymnase, rien n'est ouvert, les inscriptions se font à partir de 0730 le matin. Donc j'attends en préparant le vélo et le pilote du mieux que je peux. 0730 je m'inscris, je discute en prenant un café avec quelques sangliers du Vexin, puis je sors et je vois Mary (salut tu vas bien!) et puis René qui est là avec ses copains. ils s'inscrivent et nous attaquons. (Mary déjà disparu avec les bykets) Je pense que l'on est parti entre 0745 et 8000.

René:

Boudiou, pas facile quand meme de faire 75 km en..., éclat de rire autorisé... 6h30.

Tout avait pourtant bien commencé, le réveil à 6h05, Laurent pile-poil à 6h45, et sur place un peu aprés 7h30. J'ai vu la biquette, juste au départ, et tant mieux, elle a profité de mon passage au café croissant pour se faire la malle. Mais j'ai pu retrouvé, Loic. on lui a meme confié nos pochettes surprise. Donc on est parti à 4 à 8h00.

Mary:

Et bien pour Mary, son JM et quelques Bikets : ce sera donc une belle Transmomo presque séche... Les petites parties grassouillettes donnent un peu d'amusement supplémentaire...

Départ groupé à 7h50 pétante, avec 6 Bikets (nous compris), nous n'attendons pas Laurent, René...

Pierrot:

Depart à 8h30, en retard comme d'habitude. Je rencontre Fifi. On démarre un peu ensemble et ensuite on décide de rouler chacun à notre rythme.

Fifi:

Fifi Donc, levé à 6h, Nathalie n'en revient pas, vu que la semaine, je me lève péniblement à 8h...

Préparation, embarquement et voiture. J'essaie de passer par les petites rues sans prendre l'autoroute, mais comme d'habitude, je me paume dans Ermont, Soisy, tout ça. Bref, j'arrive à Groslay à 8h.

Je m'inscrit, prend un café et rencontre Rémi qui est prêt pour le 75. Comme je fais le 40, je lui dis au revoir tout de suite. On me donne un grand sac, donc il faut que je retourne à la voiture le déposer. En chemin, je croise Pierrot qui arrive, elle est à l'heure et elle a trouvé !

Je pars avec Pierrot. Dès le départ, une première côte sympa, puis une autre qui démarre par des marches à monter et finit... à pied. Mais j'ai mis pied à terre assez haut quand même. Content.

J'ai largué Pierrot, sans remorts, on s'était entendu là-dessus, j'avais l'intention de rouler à mon rythme.

Pif:

Comme prévu, j'arrive sur zone vers un peu plus de 8h30. On apprendra plus tard que c'est l'heure de départ de Fifi et Pierrot. Mais au moins, j'ai pû dormir un peu, ce qui pour un dimanche me semble être la normalité...

Poussin et Dennis sont quand même à la bourre, et sont sur zone vers les 9h, ce qui nous fera partir à 9h15. Pendant ce temps là, j'ai pû remarquer qu'il y avait un paquet de x-control, et ça m'enervait, moi qui devait me coltiner la rando avec le semi-rigide... Départ donc sur la boucle de 40 bornes.

Poussin:

Dure journée aujourd'hui... Réveil à 7h du mat' ... hein quoi qu'est ce qu'il m'arrive :-/

7h45, je suis dehors, le temps d'attacher le vélo sur l'auto et hop, direction Reuil pour passer chercher Dennis.

8h10 je suis au pied de son immeuble, en 5 minutes à peine sont vélo est chargé, direction Groslay.... On arrive un peu avant 9h, Pif appelle un peu avant, on l'informe de notre arrivée proche, il nous attendra pour rouler ensemble. Pierrot et Fifi doivent être partis 1/2 heures avant, j'ai prévu de les rattrapper

9h10, on part.... on a donc 40 minutes de retard sur le premier duo effectivemment partis à 8h30.

Dennis:
Poussin vient me chercher a Rueil dimanche matin vers 8:30. J'avais dormi une petite heure dans l'avion la nuit d'avant, et 3-4 heures cette nuit la. Reveille a 6h30 du mat, minuit et demie a Washington. On installe le velo sur la berline grand sport de Poussin; Il suit les fleches de son GPS, et miraculeusement, on se retrouve chez le Gros Laid a Groslay. Pif nous attend. On s'inscrit et on part. Ca traine pas chez les frappés!



Le Parcours



Mary:

Le parcours principalement en fôrêt de Montmorency fera une escapade vers l'île Adam et... la partie supplémentaire du 75km sera très très roulante ... dommage... Par contre avant et après nous aurons le droit à une succession de jolies bosses plus ou moins techniques mais pas extrêmement dures. A part 2 gros coup de cul où je poserai pied à terre (plus par mauvaise gestion : j'avais décidé de ne rien gérer !!! marre de gérer des distances et de ne plus m'amuser !) ou mauvaise technique.

Qui dit bosses dit descentes... éh éh... aujourd'hui je suis particulièrement en forme et sur les descentes et je vais me les enchainer plutôt rapidement... N'en déplaise à Poussin !!! J'ai pas mis le pied à terre une fois dans une descente !! Nan mais On doublera sur le bitume Fifi ... yéééééééé Fifi !!! puis ensuite à pied !!!! Sénior "Poussin".... bin alors ! Dennis des USA,... que je vois pour la première fois en chair et en nonos et notre "Pif" cascadeur. Je ne verrai pas Pierrot qui s'est lancée sur le 45km !!! "elle va souffrir" me dit Poussin...
"Mais mon gars... les filles c'est endurant !!! "

Poussin:

Départ 9h15, le parcours est assez sympa. Pendant le premier tiers, je fais le lièvre et Pif et Dennis suivent. Premier ravitallement, j'appelle Pierrot qui doit être devant pour savoir si elle est bien déjà passée, Dennisapparemment oui, et pas depuis longtemps. Fifi, est parti devant .... bon, on va déjà s'occuper de la rejoindre, ensuite on pourra envisager de s'attaquer au recollage du Fifi !

Au détours d'une grimpette j'aperçois un maillot vert pétant et je reconnais une voix... tiens, le Fifi !!
- "Ben, où qu'elle est Pierrot ?"
- "Derrière, pourquoi ?"
- "Ah, zut, on ne l'a pas vue "

Evidemment, il nous allèche un peu, ha, dommage, elle a mis un haut moulant, tout ça.... ben oui, mais on n'a rien vu qu'on te dis :-/

On fais une dizaine de kilomètres avec le Fifi puis vraisemblablement au dessus de ses pompes il nous demande de l'achev.... euh, non, de l'abandonner, il se crame à tenter de suivre le rythme. Bon, pourquoi pas... on continue donc à 3 à un rythme... soutenu.

Au détour d'une grimpette, j'entends une piplette derrière qui parle haut et fort et bonjour Pif....et blablabla et patati, et patata.... tiens, Mary qu'est partie de bonne heure pour se défoncer sur le 75..... Elle me repère de loin,
"Salut Poussin, alors qu'est ce tu fous à pieds".... ben à pied peut être, mais devant toi, na !

13h06:40 J'arrive quelques centaines de mètres devant mes deux compères, je sors l'appareil et fait une ou deux photos à leur arrivée. On pose les vélos puis on va dans la salle prendre une rapide collation. Mary nous retrouve et viens taper la discute quelques minutes.... puis quand on se dirige vers la sortie, Fifi arrive...

Donc très jolie rando où l'on n'aura pas eu le temps de s'ennuyer, quand ça ne montait pas, ça descendais, et vice versa..... et une arrivée sur Groslay excellente !! Par contre je suis un peu surpris, il était annoncé 650m de dénivellé, et mon GPS a mesuré 950 !!!!

Pif:

Pif On part assez rapidement (un peu trop pour moi) et ça ne loupe pas, ces enfoirés d'organisateurs nous ont collé un mur à à peine 2km. Je le termine à pied, c'est pas bon signe.

Quelques longueurs plus loin, on pénêtre dans la forêt de Montmorency, qui est SECHE ! Il y a quelques flaques de gadoue, mais pour une transmomo, c'est incroyablement SEC !

Poussin donne le rythme, ça ne traine pas. Dennis suit tranquillement, et moi je suis à la rue. On alterne des descentes tranquilles et quelques côtes sérieuses où l'on croise pas mal de ttistes à pied... (et en particulier des propriétaires de x-control qui me font honte). Une fois qu'on a eu fini le côté Ouest de la forêt, on la contourne par le Nord, puis on la redescend par l'Est. Là, les descentes sont plus raides, et les montées toujours aussi costaudes (il y a de plus en plus de ttistes à pied, et ce n'est pas dû à la fatigue). On a le droit à beaucoup de single-track, et parfois il faut même jouer du coupe-coupe pour se frayer le chemin.

Au final, nous sommes arrivés vers 13h, cuit pour ma part, et avec 47 bornes au lieu de 40 au compteur ! Décidement, le gars qui fait la trace de la Transmontmo, il faut qu'il change de compteur, chaque année c'est la même chose...

Pierrot:

C'était sec, le parcours était super agréable. Les boutons d'or et les coquelicots commencent à sortir. J'ai peiné dans les côtes dans les descentes, comme d'habitude. J'ai cru que je n'allais pas voir le bout cette fois ci d'autant plus que je me suis perdue, comme d'habitude. Et c'est dans ces moments d'escapade, que j'ai râté Poussin, Dennis et Pif, dommage !

A la fin du parcours, j'entends une voix derrière moi qui s'exclame : "Une fille sur un Scott ? Devinez qui ça peut être ?" Et je vois René passer à toute allure en moulinant et qui ne terminait pas de râler pendant les quelques minutes que je le suivais ... maugréait que c'était long, que c'était dur, et qu'il n'en pouvait plus ! Il m'a redonné un souffle de vie le bougre et m'a fait beaucoup rire ! Je lui demande des nouvelles des autres : J'apprends que Loïc souffre la misère derrière et que Mary La Bikette est passée comme une flèche loin devant.

J'ai mis 6h pour parcourir environ 50 kms (comme je me suis trompée pls fois de chemin). Et je suis courbaturée contrairemnent à l'habitude !

Dennis:

DennisLe rythme est soutenu dés le debut. Je suis sans vraiment de problème, mais comme je dis a Poussin, c'est pas vraiment mon rythme (je suis lent et durable, les dames gereralement aiment mieux que rapide et vite fait...). Mais je suis sans broncher. When in Rome, do like Romans do

Les ravitos, c'est le meme genre que l'inscription: chez moi, on appelerai ca un drive-through. Voila votre quartier d'orange, Monsieur, au revoir, et bonne route!

Un peu avant le 2eme ravito, on rattrape Fifi. il fait un peu de route avec nous, il avait une pelle et une pioche de plage sur son sac.
"Hé ! Fifi, Paris Plage, c'est en Aout, et c'est au bord de la Seine."

Il y a quelques bonnes montees bien serrees. Certaines, mais pas toutes, je les finis a pied. Notamment une ou Mary la Bikette nous depasse sur son velo avec un grand sourire et en interrompant a peine la conversation qu'elle etait en train de mener. Le Polar, et mon battant, montent jusque dans les 80% dans les grosses bosses, mais redescendent vite des qu'on est de l'autre cote. Je recupere bien et la distance ne me fatigue pas vraiment. Apparemment au moins aussi bien que mes 2 comperes puisque je prends la tete de temps a autre, notamment dans des montees longues et douces.

A l'arrivee, on me demande ce que je pense de la difficulte du parcours, vu que j'avais emis des doutes sur la note de 4/5. En vrac, j'ai trouve que c'etait: pas vraiment technique (ni pierres, ni racines, ni troncs, le tout etant mon lot quotidien outre atlantique), pas vraiment trop boueux (ouf), sympa et assez joli, surtout si pres de Paris, bosses bien serrees, descentes rapides sans etre de la morkitu, donc agreables, du monde mais supportable. Je trouve aussi que ca manque de rivieres et ruisseaux a traverser.

Loïc:

On démarre doucement en discutant et je sens vite que je vais galérer avec ma cassette, qui à craque chaque coup de pédale. Note à moi même changer la cassette !

Dès le début on sent que les copains de rené sont bien des brutes, moi je cache ma mauvaise technique et mon peu d'expérience en rigolant et faisant le mariole. Ca c'était le début

Le parcours super sympa, très peu roulant , des côtes et des descentes en single, des descentes dans les racines, les caillasses quelques marches légères etc .. ma fourche marzo fait merveille, par contre j'ai la direction qui craque fortement, ça plus la cassette qui craque dès que je force c'est le bonheur pour René qui m'entend arriver sans se retourner.

Je crève une première fois dans un sous bois, je change la chambre, puis j'aurais une crevaison lente jusqu'a la fin du parcours avec pour finir un gros bon pincement car le pneu arrière sous gonflé (restait plus que 20 mètres de terre). Obligé de changer la chambre à 1km de l'arrivée ;p

A la bifurcation 40/75 km tout va bien, je suis en forme bien que les copains de rené ne fassent que nous attendre (René et moi). Au second ravitaillement (32 km) je vois passer un frappa que je prends pour Gihel en faite c'était Rémi l'osteopathe avec son kona, j'avais pas mal roulé avec lui à neauphle et donc on décide de rouler ensemble. René était déjà reparti avec ses copains car il avait une course à 16h et il se faisait tard. A partir de ce moment là, j'ai vraiment senti la fatigue plus une fringale, heureusement que Rémi était là, il m'a bien soutenu et attendu surtout ;p J'ai à mon avis pas assez mangé de pates et surtout pas assez d'expérience pour me taper des longs trajets comme ça.

A 15 km de l'arrivé , troisième ravitaillement, Rémi me conseille sur ce qu'il faut manger et ne pas manger, pour que le corps puisse tout de suite fournir l'énergie. Ca recinque on reste un bon dix minutes à boire et à manger puis on redécolle pour les derniers km.

Donc on a fini les 75 km avec environ 1400 de D+ en 5 heures de roulage pour une fin à 15h10 donc 7H30 de rando. En conclusion c'est une belle forêt avec de sacrés chemins, et la parcourir toute balisé sans avoir à sortir la carte, c'est exceptionnel. C'est une belle rando pas roulante (ou très peu) et assez cassant ça grimpe, ça descent, et c'est technique. en deux mots, j'adore et puis les mecs de VTT aventure, sont très sympa au passage de route etc ... bravo pour l'organisation, les ravitaillements étaient aussi très bien.

A vous cognac-jay.

René:

Tres vite Loïc a fait du chaine suck. On a dépanné un type qui a cassé sa chaine. Loïc a crevé, et .... moi aussi. grrrr. vers la mi course on a été ratrapé par Rémi et apres Laurent et jérome on filé, Loïc a déraillé, je l'ai pas attendu pensant a un petit souci.... et j'ai perdu Loïc et Rémi. J'étais persuadé qu'il me ratraperait car depuis belle lurette j'avais adopté un train de sénateur.

Ben non, de tant en tant je demandais des nouvelles a ceux dui me ratrappaient: y en a eu un paquet, "oui ils étaient derriere", "oui ils roulaient." les 5 derniers kilometre on vraiment été long pour moi. Vers la fin je ratrappe une fille, sur un scott, c'était ...... Pierrot. J'ai pu échangé quelques banalités, me plaindre de ma fatigue, elle ça allait. Une petite descente, je me retourne: Aie ! elle est a pied. Au revoir Pierrot. Je continue vaille que vaille. j'arrive a 14h30.

Ce qui est bete c'est que j'ai raté le Dennis.

Fifi:

Fifi Question rythme, je choisis d'emblée celui du promeneur du dimanche, très lent, pour gérer. Sauf que je monte presque toutes les côtes sur le vélo, à l'exception de quelques unes. Une seule fois, je me ferai doubler par des gars à vélo en étant à pied en côte. Mais je me rends vite compte que je n'ai pas la patate, je ne sais pas pourquoi. Je pense que je n'ai pas assez mangé la veille et puis pas boucoup roulé ces derniers temps.

Par contre, j'accroche plus d'une fois la poignée de ma pelle qui dépasse du sac à des branches basses.

Au premier ravito, je m'arrête 5 mn et vois arriver Pierrot au moment de repartir. Je décide d'accrocher la pelle à l'extérieur du sac, ce qui me permet de la mettre plus bas.

Beaucoup de gens me demandent pourquoi je trimballe un pelle orange dans mon dos et c'est souvent l'occasion de rigoler 2 secondes, de discuter un peu. En fait, je crois que je recommencerai rien que pour le plaisir d'attirer l'attention. Une fois, j'entends un grous boum derrière moi, un type est tombé. Je m'arrête pour voir si tout va bien et il me dit que c'est ma pelle qui a attiré son attention, l'a distrait et du coup, il s'est pris un arbre !!! MDR !

Dennis & Pif Poussin, Pif et Dennis me rejoignent un peu avant l'embranchement entre le 45 et le 75. Je reconnais tout de suite Dennis : un type que je ne connais pas avec un maillot frappé ! Par contre, ils n'ont pas vu Pierrot, c'est bizarre. Je roule un peu avec eux. Tout de suite, le rythme est différent, beaucoup plus soutenu, mais je ne me sens pas trop mal quand même. En fait, je me dis à ce moment qu'à force de rouler trop lentement, je perdais du dynamisme. Mais j'ai quand même pas la patate. Au deuxième ravito, je repars avec eux, pour peu de temps et les laisse partir devant.

Derrière moi, j'entends une voix suraigûe qui piaille "Tiens un maillot vert !". Sur le moment, je ne réalise pas qu'elle s'adresse à moi, surtout quand elle m'appelle Loïc. En me doublant à fond de train, je reconnais la Mary et ai juste le temps de lui dire qui je suis.

En haut d'un raidillon inmontable, deux types récupèrent et l'un d'eux me donne la fin de sa boîte de Coca. Effectivement, ça me réveille un peu, par contre, ça me remonte aussi. Burp. Les dernières côtes sont dures à finir. La dernière descente aurait pu être excellente s'il n'y avait pas eu beaucoup de gens sur les freins devant, impossibles à doubler. Mais c'est pô grave.

Je retrouve Poussin et sa bande à l'arrivée, ainsi que Pédalator et Mary. Pas de nouvelle des Pierrot. Voilà. Bilan, pas terrible, pour moi, mais une magnifique rando, pour la première année sur terrain sec et sous le soleil.

Textes: Pif et les Frappés de la rando
Photos: Poussin
Mise en page: Pif

Le 9 juin 2004
© 1997 - © 2004 Les Frappadingues
Navigation : Accueil > Nos albums photos > La Transmontmorencéenne