Technique de recyclage
de circuits existants

Petite virée quasi-improvisée,
le 21 mai 2005 à Ermenonville






(Les images peuvent être agrandies en cliquant dessus)
Ce qu'il y a de bien avec le site du côté des Parigots, c'est qu'on y met le plus possible les circuits, afin de conserver une trace des parcours "maison" qu'on organise autour de Paris. Et puis qui sait, à l'avenir on aura peut-être aussi la trace G.P.S. à proposer.

Mais avant d'exploiter un circuit, il faut d'abord le créer ! Et là où j'arrive à boucler la boucle dans mes propos, c'est que cette fois-ci, on a (enfin) réussi à créer un nouveau circuit, en s'inspirant d'un autre.

Je m'explique:
- En 1998, Hervé Klein a mis sur le site un parcours bien sympa dont une photo est très célèbre dans la rubrique "albums photos"
- En 1999, la tempête ravage pas mal d'arbres, et avec elle, le circuit tombe aux oubliettes
- En 2001, je remet au goût du jour le circuit d'Hervé, mais il est devenu un peu trop roulant
- En 2004, on a essayé de trouver des variantes, mais sans succès
Ce week-end ci était donc destiné à refaire une tentative de recherche de variantes, en improvisant le plus possible autour du circuit initial. Et bien il faut l'avouer, on a trouvé une première boucle de 20 bornes qui est pas mal du tout.
Par contre, ça demande un peu d'organisation!

D'abord, il faut trouver des volontaires.
Il y a les stressés qui arrivent avec 20mn d'avance (Anselme et Phil62), les ponctuels qui optimisent le peu de temps de sommeil de la nuit (deux Claire et un Pif), et les inévitables retardataires, mais avec quelques surprises dans le classement général:
3ème, arrivant à 9h05: David et Pierrot (qui s'est fait pourrir de 20mn!)
2ème, arrivant à 9h10: Omar
1er, arrivant à 9h25: Sylvain
Ca nous fait un petit groupe de 9 personnes, idéal pour ce genre de randonnée.

Ensuite donc, il faut chercher les chemins. Pour cela, plusieurs techniques sont utilisées:
- Préparer un peu la veille des idées de variantes (avant que les neuronnes ne soient trop attaqués par la bière), en étudiant le circuit, la carte, et en repérant les zones où il y a du relief, partant du principe que si ça monte ou descend, c'est que ça ne doit pas être trop mal.

- Prendre bien évidemment la tête du groupe, en allant relativement vite, afin que lors des pauses de regroupement, le temps nécessaire aux derniers pour arriver soit suffisant pour que le guide ait le temps d'étudier le terrain et la carte.
Pour ça, il faut obligatoirement respecter la méthode Pacquet (ça a mis un peu de temps à se mettre en place il faut l'avouer).
Mais ça a aussi l'avantage de permettre à chacun de rouler entre chaque pauses à son propre rythme et de pouvoir se défoncer dans une côte ou se lacher en descente par exemple.

- Avoir le regard aiguisé, à l'affut du moindre sentier caché par une fougère, et bifurquer pour l'emprunter au dernier moment (Technique utilisée dans un PBN impro. Cette technique relativement brutale puisque les changements de direction se faisant au dernier moment en avait surpris plus d'un...)
C'est ainsi qu'on a dégoté pas mal de petits sentiers slalomant ou non, montant, descendant ou plat, avec des relances, du rocher, des fougères. Bref, de bonnes portions ludiques à souhait.
Il faut avouer aussi qu'on a eu notre dose de sable, mais moins prononcée que sur le circuit initial. Ce qui fait que les jambes étaient lourdes à la fin, sans pourtant avoir eu l'impression de participer au Paris-Dakar.

Enfin, ne pas hésiter à repasser par les chemins connus pour par exemple, refaire un atelier descente, et le transformer dans l'autre sens en atelier montée impossible.

Au final, ça nous fait une petite boucle de 20km, avec un peu plus de 300m de dénivelé, un peu de sable, mais pas trop, un tiers de single, quelques petits morceaux descendants avec des rochers très agréables, quelques petits coup de cul qui permettent d'évacuer les toxines du samedi soir, et, cerise sur le gateau, 4km de single juste avant de retourner à la voiture !



Le départ du parking, et quelques minutes aprés,
une petite séance de sable, pour mettre tout le monde dans l'ambiance...




Portraits des volontaires:
Pif, Claire, Pierrot, Claire, Sylvain, Phil62, Omar et Anselme (fait pas semblant de te cacher) et David derrière l'appareil !




Petite descente entre les rochers et quelques marches,
(du côté nord du circuit dans les secteurs 28 et 44).




Un petit raidillon ensablonné, avec quelques rochers
en plus, histoire d'être sur de nous faire mettre pied à terre.
(montée de la butte du secteur 105 en venant du 106).




Un peu de "rouler-libre" dans une ancienne trace recouverte de fougères.
(juste après la butte décrite ci-dessus)




Descente, cette fois-ci, dans le sable, ou il vaut mieux être "fin et délicat".
(en bas du secteur 167).




La désormais fameuse descente du côté du golf.
(avec David en photographe et en descendeur)
(à l'ouest des secteurs 165 et 140).




Mais ça se monte aussi... (du moins en théorie).




Un dernier petit "sentier monotrace" avant de rentrer.
(correspondant au dernier tronçon partant du golf jusqu'au parking, tout au sud).



Le parcours dans sa version brute (580ko)

Le 23 mai 2005
Photos: Phil62, David C.
Trace G.P.S.: Anselme
Texte et mise en page: Pif

© 1997 - © 2005 Les Frappadingues
Navigation : Accueil > Nos albums photos > Ermenonville