Aaaaaaaaaaachhhhhhhhhhhh, München* !

(NdT. * Kelle cholie filleu Munich, komme il est pon d'y fifre)

STOP - KOMM NACH MÜNCHEN FÜR DIE BESTE FTT DES WELT TESTIIIIRT - STOP - SCHNELL - STOP

Le télégramme était posé sur la table de la rédaction. Le personnel du journal au grand complet regardait le morceau de papier que venait de nous donner le facteur.

Ah ! J'oubliais, pour les rétifs ā la langue de Göet, le message signifie :

HALT - FENIR NACH MUNICH POUR LES MEILLEURS VTT DU MONDE ESSAYER - HALT - FOUS PRESSER FOUS FITE - HALT

Comme vous le comprenez mieux maintenant, l'un des journalistes de votre magasine préféré, VTT ACTION-ANTI-CALCAIRE était donc par ces termes chaleureusement convié à séjourner une semaine à Munich pour participer à un essai de rêve organisé par notre confrère d'outre rein bien connu, FTT AKTION-NICHT-KALKHEERE. Dans le bureau, c'était la grosse Konsternation, car personne ne parle l'allemand à la rédaction. Alors, je me suis dévoué :

- Ecoutez, puisque j'ai eu une copine flamande quand j'avais 17 ans, je connais un peu la langue, et l'allemand, c'est presque pareil. J'y vais, tant pis !

Je vous passe le voyage très ordinaire, la nuit passée dans un hôtel tranquille au fin fond du Tyrol inférieur. Peu à dire également sur les petits chanteurs à la croix de fer, barbus, en culotte de peau traditionnelle, vêtus de drôles de tabliers de jardin verdâtres, coiffés d'étranges bonnets de nuit rouges à pompons, qui sonnent le réveil à 5h30 précise pour que l'on ait le temps de défiler avant le petit déjeuner. C'est donc, le ventre plein (c'est que ça nourrit son homme, le matin, une choucroute royale arrosée d'un litre d'Obernai et un demi kougelhof pour faire passer) que je me suis retrouvé au terrain où doit avoir lieu cette journée d'essai des meilleurs vtt au monde.

Günter, notre hôte Déjà arrivés sur place, il y a de nombreux reporters de journaux étrangers et néanmoins concurrents : Ossobucco Capellini, l'italien de VITITI ACCIONE-NO-CALCARINI, Gunter kopfinkaskett, l'allemand qui nous reçois, fort courtoisement du reste, l'américain John Saddletube de MTB ACTION-WITHOUT-KARCHER et bien sur l'espagnol Ginio Pamellaotton représentant dignement ZZT ACTIONO-NO-NO-NO-CALCA. Autant dire que l'ambiance chauffe rapidement dès que le teuton ouvre la porte du local gardé par de fidèles bergers (allemands) où sont stockés les 3 vélos de rêve.

Nous essayerons le nouveau PORSCHE 128 BigoutLe 128 Bigout, le BMW ArkitektûrBôBurgArkitektûrBôBurg, et le KTM Enduro 2 zeit, rien que du beau linge comme vous le constatez (voir photos) !

Après avoir revêtu l'uniforme verdâtre des DF (Ndt. Deuche Fetetisten = fédération Allemande des Vététistes Nationnaux Obéissants) (ici, c'est faire montre de patriotisme que de rouler à vtt habillé en cuissards et jerseys kakis), c'est parti pour nous éclater comme des enfants chez Toy'R'Us et chacun choisit le premier modèle venu, tellement ils sont tous attrayants. Nous nous échauffons pour commencer sur un petit single-track qui serpente au milieu des sapins. Aaahhh ! la forêt noire quand on roule sur le BMV : un régal, les suspensions font idéalement leur travail, au point qu'elle gomment quasiment tout relief, ce qui fait qu'on à toujours l'impression de descendre le col du mont Ventoux assis sur le guidon de Virenque. Sans compter que la rigidité est au rendez-vous ! Pensez, des tubes de 180 pour le tube de selle et le diagonal, c'est le genre de tuyaux qui ramone… Peut-être un tout petit peu trop, d'ailleurs, (petit et seul reproche, ici, on n'a le droit qu'à un seul, sinon, ils vous collent en taule pour discrimination journalistique en défaveur du peuple allemand) car à l'usage, le frottement des mollets sur le tube de selle à tendance à irriter la peau. Je me suis en effet aperçu plus tard, en revenant à l'hôtel, que je n'avais d'ailleurs plus de poil aux pattes... mais ce n'est rien !

L'équipement est également de toute beauté, c'est ce que l'on fait de mieux,... et de plus cher aussi : petites bourses, circulez, ces vtt ne sont pas faits pour vos fesses de rats décharnées !

La clairière en haut de la montagne Arrivés en haut de la montagne, nous prenons le temps de mieux examiner les montures dans une clairière (voir photo) et de faire quelques photos (voir photo ci-dessous) de ces magnifiques mécaniques. Ce n'est pas compliqué, elles sont toutes faites quasiment sur mesure. Ces vélos, ne sont peut-être pas les plus légers du monde, mais ce sont assurément les plus adaptés au relief de ce pays.

Notre hôte a tout prévu puisque, sorties brusquement de derrière les sapins, accourent des gretchens blondes comme les blés, couêttues, mafflues et portant dans chaque main des kamelbak de 3 litres (modèle exclusivement Tyrolien) emplis d'une rafraîchissante Obernai, bienvenue sous ce soleil de plomb. De leur sac à dos de peau, comme leurs culottes, elles sortent environ cent patates et des paquets de choucroute, garnies seulement de jarret, saucisses, lard et petit salé, afin de rester digeste et de ne pas couper les jambes des participants pour l'après midi.

La petite collation avalée, nous reprenons les chemins de traverse pour continuer les tests de nos vélos, accompagnés par le chant si particulier des serveuses : Tire au Yen (NdT. Hymne de SACHS, avant leur rachat par SRAM Corp.) qui se répercute sur les versants de la vallée.

Le KTM m'a beaucoup plu par son côté petite moto. D'ailleurs maintenant, en Allemagne, sous la pression des écologistes, les courses de super cross ne se font plus qu'avec des VTT. Et en plus, uniquement avec des VTT BMV, VOLKSWAGEN ou AUDI. Mais cela est une autre histoire, qui ne nous regarde pas.

Enfin, le Porsche 128 Bigout... Alors, là, je ne sais plus comment décrire ce phénomène. Ce vtt est très, très rapide, au point qu'il ne peut être livré qu'avec des pédales automatiques spéciales, de par le fait que de nombreux accidents sont arrivés à des cyclistes qui voulaient essayer en cale-pieds et qui en sont tombés sur le cul par l'accélération. Pour la petite histoire, sachez que, sensible au fondement malmené de ses concitoyens, Phernidan Porsche, l'actuel ingénieur en chef responsable de la fabrication, à choisi d'équiper tous les nouveaux modèles de pédales Time BlitzAtak, dont il est quasiment impossible de décrocher, sauf sous la torture.

Au niveau des sensations, c'est une bête, croyez moi. Il paraîtrait même que l'an prochain, les vélos de l'équipe " Deuche T'es Laid Comme ", des Porsches Komp bien entendu, auront aussi droit aux prises de sang et seront analysés comme tout le monde. EPO : va des rétros, radasse.

Après avoir descendu de la montagne à cheval sur la selle, comme cela se fait parfois par forte pente, à la fin de l'après midi, tout le monde se retrouve au bistrot du coin pour rédiger chacun son article et livrer ses impressions à chaud à ses confrères. Gûnter boit sa choppe en une gorgée, puis, lançant un rôt formidable, déclare sobrement : " Che, das PMF(et) préféreu, ja, es ist ein gut FTT ".

Etrangement John ne dit rien. Bizarre, il était de bonne humeur, pourtant ce matin ? Il ne semble pas avoir apprécié la selle de sa monture, car une traînée ocre constelle son arrière train. Il nous fera comprendre plus tard à demi-mot que, ayant de la peine à digérer le choux, il a été légèrement incommodé tout l'après midi. Et préfère ne pas trop desserrer les dents ayant peur d'une fuite inoportune.

Si Ossobucco et Ginio sont d'accord pour trouver le KTM le plus confortable :

" Si, il KTM, multo bene por les escares fragiles ", de mon côté, je dois avouer que le Porsche a ma préférence.

Piscine de l'hôtel Ci-dessus, un peu de détente, le soir venu, à la piscine de l'hôtel.

En dégustant notre goûter (une choucroute impériale, avec deux litres d'Obernai), nous devisons joyeusement sur cette excellent après midi, même si l'accueil un peu froid (la timidité, peut-être ?) de notre hôte nous interpelle. En fait, celui-ci nous apprend qu'il à faim et que passé l'apéro, il ira mieux !

Ayant rédigé nos papiers pour vous, lecteurs chéris, il est rapidement l'heure du souper. Je reprendrais le train tard ce soir là, non sans avoir dégusté une choucroute dite " Keiser Kolossal " arrosée de 5 litres d'Obernai et m'endormirai comme un bébé jusqu'à Paris.

La rédaction est venue m'accueillir sur le quais de la Gare de l'Est, impatiente de voir mes photos et entendre mes récits.

Je dois dire que même si je n'ai pas eu le temps de goûter comme je l'aurai souhaité aux spécialités locales, les vtt allemands sont pas mal du tout.

En conclusion, si vous voulez rouler différent, si vous aimez les vélos au design d'une finesse de blockhaus et aux couleurs vert de gris, alors ces vtt sont faits pour vous, à condition que vous n'ayez pas froid aux yeux.

Il va sans dire que je vous recommande chaudement les environs de … burrp …. Munich !

RV " Testing team polyglotte "

Dernière modification : Sunday, May 16, 1999 02:40 PM.
© 1999 Les Frappadingues